Conduite autonome et autopartage : l’avenir de l’automobile ?

Conduite autonome et autopartage : l’avenir de l’automobile ?

L’avenir de la voiture selon de nombreux constructeurs automobiles ? Autonome, électrique et connecté. Nous sommes allés voir Renault à Paris, au centre de recherche du groupe français.

S’il y a une certitude dans le monde de l’automobile, c’est que toutes les grandes entreprises voient leur avenir comme des constructeurs de voitures, alimentées par des batteries électriques et reliées entre elles pour offrir des services de mobilité partagés. Et Renault ne fait pas exception à la règle : son idée de l’avenir implique plus de partage que de possession, de nouveaux modèles mais aussi de nouvelles solutions de mobilité.

On a pu voir à VivaTech, une exposition consacrée à la technologie et aux start-ups, les derniers modèle électriques de la firme et les toucher de nos propres mains.

La conduite autonome

Dans un premier temps, nous nous sommes rendus à l’Université de Paris-Saclay, siège du projet de Laboratoire Autonome Paris-Saclay inauguré le 15 mai et développé par le Groupe Renault avec la société de transport public Transdev, l’institut de recherche IRT SystemX et Vedecom (organisme consacré à la mobilité écologique). L’objectif de cette initiative ?

Mettre en place les conditions d’un service de mobilité autonome à grande échelle en testant, au sein du campus de l’université française, un réseau de transport composé de véhicules automoteurs coordonnés par un système de supervision. Bref, un co-voiturage avec une flotte de Renault Zoe (la voiture électrique la plus vendue en France au premier trimestre 2019) modifiée pour les rendre autonomes et programmés pour fonctionner comme des minibus en service dans les endroits les plus fréquentés du campus universitaire.

renault zoe

Lors de notre visite, nous avons parcouru environ un kilomètre à bord de la Zoé “en solo” : une expérience globalement positive, même si elle n’est pas encore totalement indépendante (le pilote d’essai à nos côtés a dû intervenir quelques fois pour apporter de légères corrections, rien de grave en tout cas).

Micromobilité

Lors de la visite du stand Renault à VivaTech 2019, nous sommes montés à bord de l’EZ-POD : un véhicule compact high-tech (seulement 3 mètres carrés d’espace occupé) avec deux sièges électriques et une conduite indépendante, construit sur la base du Twizy.

Une solution de micromobilité adaptée aux besoins des personnes à mobilité réduite, les personnes âgées avec des forfaits shopping, les personnes avec enfants ou bagages, etc.. dans des lieux fermés tels que parkings, hôtels et centres commerciaux également adaptables aux transports urbains, toujours sur de courtes distances, personnes ou marchandises.

Camionnettes électriques

Toujours à VivaTech 2019, Renault a présenté l’EZ-FLEX, un prototype de fourgonnette électrique d’une autonomie de 100 km avec des modules arrière interchangeables. L’expérimentation avec la poste française permettra de tester ce véhicule en temps réel afin de développer des véhicules encore plus adaptés à la logistique urbaine de demain.

Dans les années à venir, Renault souhaite également devenir un opérateur de services de location automatisés et travaille déjà dans ce sens à travers de nombreux partenariats. Des exemples ? L’accord avec Klépierre, une chaîne de centres commerciaux, pour équiper les parkings des supermarchés de bornes de recharge utilisables en auto-partage par les clients des magasins le jour et par les habitants le soir et le week-end. Ou plusieurs partenariats pour proposer ses voitures électriques aux services de co-voiturage à Paris et Madrid.

Laisser un commentaire

Haut