Avec la révolution numérique qui s’empare de tous les secteurs d’activités et les risques qui vont avec, les besoins en termes de cybersécurité se sont accrus. Pour plus de performance, ce domaine se retrouve de plus en plus encadré et certifié par des labels. Ces qualifications ont pour but d’attester le niveau de sécurité et de confiance des produits, ainsi que la compétence des prestataires. Dans un blog dédié à ce sujet, Hub One fait le point sur les certifications en matière de formation.

Comme le souligne l’opérateur en technologies pour entreprises, la certification, au sens large du terme, est la reconnaissance par un tiers d’un niveau soit de conformité, soit de compétence, soit de performance. Elle valide les compétences acquises par un individu et lui offre une certaine visibilité sur le marché du recrutement. Pour l’employeur, c’est l’assurance que le collaborateur a le socle de compétences requis pour exercer ses missions.

Nécessité de réorienter les carrières

Bien que la filière de la cybersécurité emploie déjà plus de 30 000 salariés en France, la pénurie des talents dans ce domaine se fait déjà sentir et risque de s’intensifier dans les prochaines années. Les La principales causes de ce manque de candidats sont sans nul doute la méconnaissance des métiers de la cybersécurité et les compétences demandées par la filière. Pour faire face à l’urgence, certaines entreprises mettent en place des programmes de transformation des compétences internes. Ainsi, les collaborateurs avec un profil technique se voient proposer des orientations de carrière en rapport avec la cybersécurité. De plus, cette certification permet d’accompagner la transition professionnelle des collaborateurs à l’ère de l’usine 4.0, qui se développe sous fond de quatrième révolution industrielle.

Les certifications internationales, un sésame pour l’étranger

Le panorama des certifications est vaste et varié. Il existe des certifications liées aux métiers de la gouvernance, du pilotage des certifications sur les aspects techniques, ou encore des éditeurs.

Les certifications rassurent sur la pertinence des profils à approcher, au regard des compétences recherchées. Elles constituent surtout un tremplin pour intervenir à l’étranger quand elles sont délivrées par des organismes internationaux très connus. On peut citer l’EC-Council, la norme ISO ou la certification CISSP (Certified Information Systems Security Professional). Ces certifications sont des références dans le monde entier. Mais elles ne sont pas pour autant des acquis, tels des diplômes. Elles requièrent de se mettre à niveau constamment en assistant à des conférences par exemple.

Complémentarité entre formations certifiantes et non certifiantes

Il faut souligner que programmes certifiants ne sont pas les seuls dignes d’intérêt pour se former aux métiers de la cybersécurité. L’on note aussi l’essor des formations non certifiantes, qui peuvent aller plus loin dans la pratique, avec « les travaux dirigés » ou TD. Il y a donc une complémentarité entre les formations certifiantes et les formations non certifiantes. Les unes apportent la reconnaissance d’un socle de compétences, les autres programmes permettent d’aller plus loin dans la pratique, l’approfondissement de la réalité du terrain et l’expérience du métier.

Un mot sur Hub One

Créée en 2001 sous l’égide du Groupe ADP (anciennement Aéroports de Paris), Hub One est le spécialiste des technologies digitales pour les entreprises et organisations publiques. Le groupe compte plus de 10 agences régionales et 550 collaborateurs au service quotidien de plus de 5 000 clients. Hub One s’appuie sur ses domaines d’expertise que sont la connectivité haut-débit, les solutions métiers de traçabilité et de mobilité, l’IOT en milieu industriel et la cybersécurité, une branche bétonnée avec l’acquisition récente de Sysdream.

Laisser un commentaire